Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 05:19
 Plus que jamais l'envie de continuer, de mieux comprendre le monde , et de participer,  à son devenir m'anime: quand on  admet  que le tout n'est que l'expression des parties, aussi microscopiques soient elles. " Chacun peut être grand car chacun peut servir" Martin Luther King.
L'époque s'y prête, des ruptures sont en cours: notre soi disante sortie de la vie "active", réalisée ou proche,  pour ceux de ma génération,  coïncide avec  l'entrée dans un  siècle nouveau qui sera marquée par  de grands chamboulements à prévoir......à anticiper.
Des questions, des pistes:
nous représentons un potentiel avec les compétences acquises avec l'expérience, nous avons le temps, nous avons démontré notre curiosité pendant notre carrière professionnelle, tous les ingrédients pour réfléchir à l'élaboration d'un éventuel projet collectif sont à notre disposition!!!!!
On parle de plus en plus d'intelligence collective, qui s'exprime au travers des "thinks tanks"; serait-ce un domaine  réservé aux  plus jeunes??
On a gardé l'habitude d'entretenir la coupure générationnelle? doit on la subir ?
Les projets ne pourraient ils s'accomplir qu'au cours de la carrière professionnelle?
Le désengagement est-il une fatalité auquel on ne  peut pas échapper? même si notre modestie  doit prévaloir, ne  peut on pas envisager  de continuer à participer à la vie sociale. Notre force réside dans notre engagement  vécu ou toujours en cours.... Il y a ceux qui s'impliquent dans les actions caritatives, on en voit tous les jours...... cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir pour rendre notre participation plus "efficace".... tentons de nous interroger, en regardant  haut et loin....
La lourdeur pour agir collectivement s'est sérieusement atténuée avec l'outil internet,  profitons- en. Laissons une trace, qui peut rester individuelle...... si elle est en cours d'élaboration n'hésitez pas à la partager.
Faisons de la politique autrement.



Partager cet article
Repost0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 21:42
expose actuellement à  Papeete. Il  partage sa vie entre Trôo dans le Loir  et Moorea.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 18:28
Préparez vous,  on va organiser un rassemblement avec les anciens  de Valenton, personnel et anciens élèves.
Donnez vos disponibiltés, ce serait un week end..... toute suggestion est la bienvenue.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 18:18
jacqueline, jean françois, rolande,  roger,  françoise, et serge .......
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 18:32
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 00:18
des slogans...... une ambiance  bon enfant
 
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 18:55
mélange des cultures...... on passe  de Brême à Istanbul et même Trabzon. Souvenir, souvenir.   Ca me  rappelle la route d' Istanbul que j'avais l'habitude d'emprunter il y a 30 ans. Où l'on croisait les allées  et venues des turcs qui circulaient en général en Mercédes.  Ils ne s'arrêtaient  jamais......  normal, voiture archipleine...Trabzon aux confins de la mer Noire, était un passage obligé pour  reloindre  le Nord de l'Iran. Je me souviens que le trajet Istanbul- Trabzon se faisait en cargo pour la modique somme de 10F.
Revenons au film qui   raconte  une histoire croisée entre  allemands et turcs, D'un côté un ancien turc retraité installé à Brême avec son fils prof à l'Université,  une jeune étudiante allemande et sa mère, et  une prostitutée turque , de l'autre une militante  kurde,. Les personnages sont installés,    l'histoire se déroule naturellement en passant d'une rive à l'autre, si on considère qu'elle se passe dans la partie d' Istanbul de l'autre côté du Bosphore. Des liens s'établissent d'un côté entre le vieux turc et la prostituée, de l'autre entre la jeune allemande et la jeune turque .Si  le fils du vieux turc s'installe à Istanbul c'est à la recherche de la jeune militante, qui se trouve être la  fille de  la prostituée, quant à  la mère allemande , elle  se rendra à Istanbul pour sauver  la jeune miltante kurde......A voir......j'ai beaucoup aimé.
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 17:33
La curiosité (un rocker qui écrit un conte....)  m'a  emmené jusqu'aux rencontres de la FNAC, où Mathias Malzieu du groupe Dionysos était l'invité :  parolier, chanteur, poète, joueur  de  yukulélé, guitariste, en résumé un ARTISTE CRÉATEUR. Il lit des passages de son livre, il  le résume,  il chante quelques chansons  qui font partie de son dernier ouvrage, premier du genre: "livre-chanson."
Tout est original,  le retour à des histoires fantastiques, la participation de ses idoles (Rochefort, Cantona. E Joly, et O Ruiz...que vous ne verrez pas). Une expression artistique  décloisonnée, et innovante.  A la fin de la séquence un échange avec le public permet de découvrir les secrets de fabrication.
Un nouvelle forme d'expression.......
 


Partager cet article
Repost0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 08:39
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 05:45
A partir  de la réforme des  régimes spéciaux,  on assiste   à un mouvement  qui  est  entrain de  jeter ses dernières armes;   la fin d'une époque ne signifie pas  la fin des  espérances.
Un signe annonciateur d'une période qui se termine , illustré  avec  le départ de Chirac,  et où la loi de l'alternance   n'a pas joué comme d'habitude. Et pourtant  on était accoutumé à   ces mouvements de yoyo,  qui  pouvaient  être neutralisé avec des  périodes de cohabitation.L'alternance était considérée comme un signe de bonne santé démocratique, confirmée par  une  stabilité  politique  , avec un régime plutôt présidentiel, qui avait remplacé le régime parlementaire de le IV république cahotique. Si on a traversé les 30 glorieuses sans trop de difficultés, cela s'est  fait au dépens  d'une   non prise en compte  des changements réels de la société.  Si les Verts ont eu le mérite de mettre l'accent sur l'environnement, ils  se sont  emmêlés dans leur  combat interne, quant à l'extrême gauche  personne  n'a  encore compris la différence qui existait entre les trois candidats trostkistes  à la dernière élection présidentielle.  Depuis  la chute du mur de Berlin , qui marquait  la fin d'une idéologie ,  le bureau politique du PC semble encore l'ignorer  , malgré la baisse vertigineuse de son influence ( le candidat  PC aux présidentielles est passé depuis  1995 de 8,7% à 1,9.%) Aucun parti à ma connaissance a su se positionner sur notre entrée dans un nouveau siècle, à observer le silence édifiant du PS, qui se prépare pour  son prochain congrès????
La gauche doit se redéfinir?  le peut elle? en tous les cas ne retombons pas dans un système doctrinal  au risque de s'empêtrer entre des convictions idéalistes  et des décisions qui doivent être impérativement réalistes.  Si il y a une piste à ouvrir  on devrait privilégier une réelle formation éclairée du citoyen militant  face aux problèmes d'aujourd'hui et à venir,
Pour l'élection du  prochain président son bilan pèsera très lourd, et  la personnalité du candidat rival sera décisive. Peut être le moment sera venu de choisir seulement  entre deux prétendants, pour éviter un éparpillement plus préjudiciable qu'autre chose. En même temps il faudra peut être sortir de l'hypocrisie qui exige du candidat  d' être issu d'un camp politique pour devenir le président de tous les Français?? Si le principe de l'ouverture démontre son efficacité, le gouvernement devra être accompagné d' un Parlement réactif, et constructif.
Et puis il y a un nouveau  phénomène en face duquel notre société est  totalement désarmée..... d'un côté la rapidité des événements qui est entrain d'atteindre la vitesse de la Loi de Moore, de l'autre  nos organisations "démocratiques" devenues trop bureaucratiques. Un exemple, la multiplicité des commissions crées par le gouvernement de NS , car il y a urgence de réformer, a mis  en grande difficulté les organisations syndicales qui  ont eu dû mal à être représentées à toutes les instances.
Si Bernard Thibault  et François Chérèque ont  compris  que la négociation  était  nécessaire, il semblerait que la  "base" ne veut pas s'y soumettre sans des préalables  clairs nets et  précis.  Signe  d'une volonté  réaliste ?  ou  dernier soubresaut  d'un combat  dépassé.  Je ne soutiens évidemment pas l'idée  d'un asservissement  au pouvoir,  mais plutôt  la nécessaire réouverture du dialogue.
Le nombre de militants politiques et de syndicalistes  n'est pas à la hauteur de nos exigences démocratiques.La démonstration que la structure est devenue désuète est apparue avec le vote sur l'Europe en 2005, qui a surpris tout le monde, et actuellement on le constate encore avec les mouvements SNCF, Université, Justice....Le manque de représentativité laisse toute la place aux nostalgiques, qui s'accrochent aux droits acquis et ne laissent aucune place aux perspectives d'avenir, et plus  à l' utopie. 
Si SR avait fait une tentative avec son forum des idées...."Désirs d'avenir", dans le cadre de la démocratie participative,et qui allait dans le bon sens à mon avis, cette voie est apparemment ignorée par le gouvernement actuel.Il ne peut pas tout récupérer quand même!!!!  Mais l'action militante nous appartient.

Partager cet article
Repost0